Chargement
21/02 Dernières évolutions
Je rappel à tous les joueurs qu'il est interdit de faire du multicompte ou de sitter un personnage sans le déclarer.
Les sanctions sont la suppression définitive des personnages impliqués.
Je sais qu'il y a eu un peu de relâchement sur notre vigilance mais sachez que je viens de punir un joueur qui abusait largement du multicompte .
Je serai intraitable sur le sujet.
Edité
01 - Introduction
Bibliothecaire
La Bibliothèque
1.1) L'avant Donjon


Il y a bien longtemps, Iluvatar régnait sur un autre monde que celui-ci, un monde qu'il avait aussi créé. Il était vaste et diversifié. Des océans et des mers dessinaient les côtes de continents à la surface desquels de nombreuses espèces d'êtres vivants se côtoyaient...

Il contempla sa création pendant de nombreux millénaires, effectuant de petites retouches, rééquilibrant les écosystèmes, recomposant les chaînes alimentaires de manière à ce que son monde tourne rond. Voyez-vous, ce monde était une perfection en terme de création... Du moins, il en était convaincu. Mais aucun hasard, aucun grain de sable n'intervenait dans sa mécanique bien huilée.

Peu à peu, dans son esprit, le doute s'immisça. Son monde si parfait était-il capable de supporter l'imperfection ? Serait-il apte à s'auto-réguler ? Il chercha alors à y introduire un facteur aléatoire, des événements non prévisibles par le Grand Schéma.

Ce grain de sable prit une double forme : le libre arbitre et la transmission du savoir pour les espèces les plus sages et les plus évoluées. Il fut d'abord agréablement surpris par la façon dont les espèces intelligentes se développèrent. Leur inventivité, leur manière de créer des choses, de manipuler les concepts étaient réellement novatrices et le monde réagit en répondant à ses attentes, rééquilibrant les déséquilibres, s'auto-ajustant pour compenser les imperfections. Fier de son travail, il se consacra à d'autres projets.

Or, il advint que quelques unes de ces espèces commencèrent à jouer avec des forces qui, non seulement les dépassaient, mais avaient aussi le pouvoir de porter un coup fatal à l'équilibre si cher à notre créateur. Absent, il ne vit pas le coup venir.
Lorsqu'il revint vers son monde, le Grand Cataclysme avait eu lieu et il n'en restait qu'un gigantesque désert vitrifié, quelques âmes perdues traînant ça et là.

Sa colère fut terrible et depuis, une seule question le hante : comment son monde en était arrivé là ?

Réduisant le Grand Schéma à sa plus simple expression, il créa le Donjon de Parpaings où il incarna les âmes qu'il trouvait ça et là, perdues dans le grand Multivers. Il est encore en train de créer ce Donjon ! Il ajoute par touches successives les différentes composantes de son ancien monde, réduites à leurs formes primitives, afin de déterminer la ou lesquelles sont responsables du Grand Cataclysme.
le 01/03/2009 à 14:42:55
Bibliothecaire
La Bibliothèque
1.2) Le Donjon

Ainsi, les Hommes se réveillèrent dans ce lieu inconnu. Leur mémoire biologique se manifesta alors à eux, et ils commencèrent à visiter ce nouveau lieu, paraissant sans fin, rencontrant parfois d'autres Errants... Ils se mirent à nouveau à se battre pour survivre, utilisant leur force physique pour certains, leurs vieux souvenirs des sciences occultes ou divines pour d'autres, les derniers se contentant d'observer et de profiter des faibles en leur dérobant leurs biens.

Tout ceci, sans se rendre compte que les Dieux les observaient...

Après le cataclysme, le monde expérimental d'Iluvatar était totalement vide. Les lois de la physique s'en trouvèrent bizarrement distordues et l'on pouvait, au commencement, se déplacer dans les trois dimensions. Les premiers errants à avoir été réincarnés dans ce qu'ils appelèrent par la suite le Donjon de parpaings, furent tellement perturbés par cette étrange sensation de flottement et d'absence de repères qu'ils devinrent pratiquement tous fous.

Alors, Iluvatar dans sa sagesse, décida pour ces faibles d'esprit de créer un environnement plus ressemblant à ce qu'ils avaient déjà connu et il créa des parpaings à profusion. Sa magie puissante les assembla dans un tourbillon de matière en un gigantesque Donjon qui à son commencement avait des limites connues : la cave qu'il créa tout en bas de celui-ci et où une magie puissante empêche encore actuellement toute action agressive et défensive, le Grand Plafond, découvert par Asmodée et ses compagnons et les 4 grands murs se situant à une trentaine de salles du centre du donjon dans les directions cardinales. Il modifia également, mais légèrement, les lois de ce monde afin d'y inclure une très légère gravité. Celle-ci n'empêchant pas ce flottement qui avait rendu fous les anciens mais le rendant plus acceptable pour nos âmes réincarnées.

Petit à petit, le donjon s'emplit d'âmes errantes qui poursuivaient leurs fantasmes passés. Iluvatar entreprit alors diverses expériences. Il ajouta petit à petit des armes à l'aide desquelles les errants purent se combattre. Il observait à distance leurs alliances et leurs combats, leurs gloires et leurs peines, leurs triomphes et leurs déchéances. Il étudiait avec attention les réactions de ces âmes afin de comprendre pourquoi le monde précédent avait fini par basculer dans la folie destructrice.

On voit encore de nos jours certaines de ces expériences prendre forme. Un jour il introduit des monstres sans conscience, un autre des marchands ambulants. Puis il permit aux plus intrépides de créer des organisations que ceux-ci nommèrent les guildes. Afin de développer le commerce, des banques apparurent. Encore aujourd'hui, petit à petit, il complexifie ce monde dans lequel il désire plus que tout voir triompher le règne de l'équilibre.

Mais il n'était pas le seul à surveiller ces âmes perdues, d'autres dieux étaient présents, d'autres desseins étaient à l'œuvre. Thaur, le dieu de la destruction, ne supporte pas cette création et emploie son énergie à la détruire par tous les moyens. Parfois les errants perçoivent les rumeurs de terribles combats dans les hauteurs du Donjon, parfois également ils ressentent un étrange bien être. Car si Thaur désire plus que tout annihiler cet amas de parpaings, Ulmidiel est quant à lui un dieu qui ne peut supporter le vide et qui cherche par tous les moyens à sauvegarder l'existence des malheureuses créatures qui hantent le Donjon.

Deux autres dieux majeurs interviennent de temps en temps. Idao et Barok. La première est un souffle glacial, une rumeur mortelle qui encourage le vol, l'arnaque, les crimes les plus lâches comme les délits les moins graves. Elle est attentive cependant au respect de l'équilibre sans lequel il n'y aurait plus de victimes. Barok, quant à lui, est un farceur impénitent. Il s'amuse follement dans le donjon à faire les blagues les plus guignolesques aux aventuriers qui l'arpentent. Cependant sa puissance et son manque d'empathie l'entraînent bien souvent à provoquer la mort d'une de ses victimes. Il ne le souhaite pas particulièrement mais cela lui est totalement égal, il s'amuse simplement à engendrer les situations les plus cocasses pour son propre plaisir.

Voyant l'équilibre du Donjon menacé, sa maîtrise lui échapper, Iluvatar a interdit aux autres dieux d'envoyer leurs propres créations, interdiction qui est bien entendu régulièrement enfreinte. Il faut dire que depuis quelques temps, de nombreux errants sont apparus et que ceux-ci donnent déjà beaucoup de travail à Iluvatar.
le 01/03/2009 à 14:45:58
Bibliothecaire
La Bibliothèque
1.3) L'éboulement

A venir...
le 01/03/2009 à 14:46:58
1
Aide